papier-monnaie


papier-monnaie

papier [ papje ] n. m.
XIIIe; lat. papyrus, gr. papuros « roseau d'Égypte » → papyrus
I
1Matière fabriquée avec des fibres végétales réduites en pâte, étendue et séchée pour former une feuille mince. Du papier, une feuille de papier. Pâte à papier : pâte servant à fabriquer le papier. — Papier en rouleaux, en feuilles ( main, 1. rame, 2. ramette ) . Format, grain, filigrane du papier. Papier glacé, moiré, vergé. Papier uni, rayé, quadrillé. Papiers de luxe, pour l'impression ( 1. chine, hollande, japon, vélin) . Papier de chiffon. Papier à dessin. Papier bible, pelure. Papier à musique. Papier à cigarettes. Papier de soie : papier très fin. Papier crépon. Papier cristal, translucide et assez raide. Papier bristol, papier couché. Papier calque. Papier buvard. Papier absorbant. Papier de ménage ou papier-torchon . Papier-filtre , servant à la filtration des liquides (papier poreux, épais ou plissé). Papier d'emballage, papier kraft. Papier cadeau. Papier hygiénique, papier-toilette , très fam. papier cul. P. Q.
Feuille, morceau, bout de papier. Allumer du feu avec du papier. Corbeille à papier. Serviette, nappe en papier. aussi non-tissé. Mouchoir en papier ( kleenex) . Cocotte en papier.
(Le papier servant de support à un produit quelconque) Papier carbone. Papier collant, gommé. Papier sulfurisé. Phot. Papier sensible, au gélatinobromure d'argent. Papier au ferroprussiate, pour la reproduction des plans. Papier d'Arménie, qui brûle lentement en dégageant un parfum caractéristique. — Papier émeri, papier de verre. — PAPIER PEINT, PAPIER, que l'on colle sur les murs à l'intérieur d'une maison. Chambre tapissée de papier à fleurs.
♢ PAPIER MÂCHÉ : pâte à papier encollée, malléable. Figurine en papier mâché. Avoir une mine de papier mâché.
(1727) Hist. ou didact. PAPIER-MONNAIE. Monnaie de papier inconvertible en or. billet (de banque).
Spécialt (papiers à écrire, à imprimer) Papier écolier, papier de brouillon ( bloc-notes, cahier, carnet) . Papier ministre. Papier à lettres, pour la correspondance. Papier à en-tête. Papier d'impression. feuille, feuillet, 1. page. Imprim. Marger, régler, plier le papier. Édition grand papier, dont les pages ne sont pas rognées. — Papier recyclé. Papier journal, de qualité inférieure et peu encollé. — Dr. Papier timbré.
2 Feuille très mince de métal, servant à envelopper. Papier d'étain, papier d'argent, papier doré. Papier d'aluminium, fam. papier alu.
3Spécialt Le papier, support de ce qu'on écrit. Jeter une phrase, une idée sur le papier. écrire. Gratter du papier : écrire; fig. gratte-papier. Chiffon de papier. Loc. Sur le papier : théoriquement. Sur le papier, tout est résolu, mais concrètement il y aura des difficultés.
(Matérialisant la création littéraire) Écrivain devant son papier. Noircir du papier. « La clarté déserte de ma lampe Sur le vide papier que la blancheur défend » (Mallarmé).
II ♦ UN, DES PAPIERS .
1Feuille, morceau de papier (fam. 2. papelard). Notez plutôt cela dans votre carnet que sur un papier (cf. Feuille volante). Des papiers gras. Spécialt Bx-arts. Papiers collés de Picasso, de Braque. collage.
Article destiné à un journal. Envoyer son papier.
2Papier écrit de quelque importance. document, note. Serviette pleine de papiers. Classer, ranger des papiers. Papiers inutiles. paperasse. Réunir les papiers nécessaires à un mariage. pièce. Signer un papier. Papiers d'un navire ou papiers de bord. Papiers militaires. Papiers de famille.
Loc. fig. et fam. Être dans les petits papiers de qqn, jouir de sa faveur, de sa considération. — Rayez cela de vos papiers ! n'y comptez pas.
(1835) Papiers d'identité, et absolt papiers : ensemble des pièces d'identité. Vos papiers ! Avoir ses papiers en règle. Se faire faire de faux papiers. Immigré sans papiers ( clandestin) .
Fin. effet (de commerce), titre, valeur. Papiers de commerce. Papier à vue, payable à vue. Bon papier, signé par des gens solvables. Papier sur Londres. devise.

papier-monnaie, papiers-monnaies nom masculin (calque de l'anglais paper money) Monnaie fiduciaire, en général non convertible en métal précieux.

⇒PAPIER-MONNAIE, subst. masc.
Monnaie fiduciaire non convertible en métal précieux. Plusieurs des députés qui engageaient l'Assemblée constituante à cette énorme émission de papier-monnaie n'en prévoyaient point assurément les suites funestes (STAËL, Consid. Révol. fr., t.1, 1817, p.303). La foule assiégeait les guichets pour changer en espèces le papier-monnaie. En Bourse, depuis deux jours, c'était la panique (MARTIN DU G., Thib., Été 14, 1936, p.468).
Prononc. et Orth.:[]. Att.ds Ac. dep. 1835. Plur. des papiers-monnaies. Étymol. et Hist. 1720, La Haye [d'apr. P. HARSIN, Bbg. des oeuvres de J. Law, Liège, 1928, p.4] (Considération sur le numéraire [trad.] ds E. DAIRE, Économistes financiers du XVIIIes., Paris, 1851, p.497). Calque de l'angl. paper-money (1691, NED), comp. de paper (XIVes.; empr. à l'a. fr.) et de money (fin XIIIe-XIV, NED; également empr. à l'a. fr.), v. papier et monnaie; cf. les tentatives de désignation ant.: 1701-02 argent en papier (ds MACK. t.1, p.163), 1719 papier (ds BRUNOT t.6, p.155). Fréq. abs. littér.:61. Bbg. BARB. Infl. 1923, p.5; Loan-words 1921, p.256. —QUEM. DDL t.11.

Encyclopédie Universelle. 2012.